Migrants en visite

JamarDepuis près de vingt ans, les libéraux sont au pouvoir. A l’échelon fédéral, en tout cas. Ils ont appris l’opportunisme et gommé leur « capacité » à se déchirer pour des questions de personnes (au pire) ou des principes (au mieux). Ils sont devenus les cathos du système. Toujours à bord, unis par raison, jamais déterminants. Depuis la N-VA, le MR occupe le poste de Premier ministre. Pas au nom du père, mais pour le fils Michel. Oh, il faut être sot pour le nier : le Nord du pays garde la main, plus que jamais. Les nationalistes flamands polarisent et divisent, zappent le centre, obligent à se positionner à gauche ou  à droite. Forcément, à condition de digérer De Wever et Francken, les libéraux aiment ça. La Flandre, la N-VA roule à droite. Et pour Charles Michel et le MR, y a qu’à embrayer. Tapis rouge pour l’anti-gauche… A ce prix, les élections de 2019 semblaient gagnées. Mais voilà le retour des vieux démons. On le sent bien, la question des migrants va obliger les bleus à se compter, qui sait ?, à s’affronter. Pour ou contre un sursaut d’humanité. Parce qu’il a rangé ses ambitions de ministre et préféré la molle fonction de gouverneur de province, à vie et à Liège, Hervé Jamar s’autorise un brin de subversion : il a avoué que sa femme et sa fille accueillaient des migrants. « Pas moi, je ne peux faire de politique, je suis le gouverneur de tous les Liégeois », sous-entend-t-il. « Mais j’aime ça… » Un petit pas pour l’homme. Un fossé qui se creuse autour du Premier ministre.

Répondre à Migrants en visite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s