Haine et audimat

J’avais regardé « ça » en direct, jeudi. J’ai voulu le revoir pour comprendre ce qui m’avait glacé. Au-delà du voyeurisme malsain à revisionner ce truc que certains appellent « un grand moment de télévision », j’ai pigé angotce qui m’ennuie dans cet échange d’une violence qui n’est rien d’autre que celle de l’air du temps : pas d’animation, pas de journaliste pour élever le « débat » vers des idées, du fond, du programme politique. Faut dire que l’amère écrivaine avait tout dit en 30 secondes (« Vous ne devriez pas être là »). Puis sa proie l’a mangée tout crue, telle une bête (de scène) blessée. Haine et audimat : la télé à qui perd gagne.

Répondre à Haine et audimat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s